Le bambou, propagation, croissance et entretien

Le bambou est souvent décrit comme une plante très durable, cependant, c'est principalement en référence à sa longévité plutôt qu’à la durabilité des tiges de bambou. En effet, il existe des structures en bambou de plus de 200 ans.

Qu'est-ce que le bambou ?

Le bambou appartient à la famille des graminées et n’est pas considéré comme un arbre même si parfois on entend parler de bois de bambou. Il existe dans le monde entier 130 espèces herbacées et 1 450 espèces ligneuses de bambou connues.

Le bambou est anatomiquement et morphologiquement très différent des arbres normaux. Une plante de bambou a une tige, des branches et des feuilles, mais c'est là que s'arrête la comparaison avec les arbres. Le bambou est creux, n'a pas d'écorce et n'augmente pas en diamètre à mesure que la plante vieillit.

Les tiges de bambou poussent en moyenne de 25 cm par jour, et atteignent leur hauteur maximale en seulement 6-7 mois (certaines espèces tropicales de bambou poussent jusqu'à 30-40 m).

Les tiges de bambou sont matures et prêtes à être récoltées en 3 à 6 ans, après quoi de nouvelles pousses de bambou se développeront naturellement. En raison de son taux de croissance incroyable, de ses nombreuses utilisations différentes et du fait que les plantes de bambou continuent de pousser sans replantation, il est considéré comme une ressource très durable.

Le bambou est-il un bois durable ?

Contrairement à d'autres variétés de bois comme le teck, le bambou ne possède pas d’écorce qui peuvent aider à lutter contre la biodégradation, donc la durabilité naturelle des poteaux en bambou non traités est faible. Pour la plupart des espèces, celle-ci est de moins de 2 ans, et de 4 à 7 ans dans des conditions idéales (sans exposition au soleil et à la pluie).

Les grandes quantités d'amidon présentes dans le bambou le rendent très attrayant pour les moisissures et les champignons, les termites et les coléoptères. Les bambous ont aussi des quantités mineures de cires, de résines et de tanins, mais aucune d'entre elles n'a une toxicité suffisante pour améliorer sa durabilité naturelle.

En raison de sa faible durabilité naturelle, les poteaux en bambou devraient être traités contre la contamination potentielle par les insectes immédiatement après la récolte. L'une des techniques de conservation les plus utilisées et les plus efficaces est l'imprégnation des fibres de bambou avec un mélange d'acide borique.

Une fois que tous les sucres naturels des fibres de bambou sont remplacés par des sels, ils deviennent insensibles aux insectes. Les poteaux en bambou traité ont une durée de vie de 50 ans ou plus, en supposant qu'ils ne soient pas en contact direct avec le soleil, la pluie ou le sol.

Pourquoi le bambou craquèle ?

Une caractéristique importante du bambou est la façon dont il réagit aux différents changements de température ou d'humidité, car cela peut entraîner des fissures

1. Anatomie du bambou

Le bambou est un matériau anisotrope, c'est-à-dire que les propriétés dans la direction longitudinale sont complètement différentes de celles dans la direction transversale. La direction longitudinale est faite de fibres de cellulose de bambou qui sont fortes et rigides. Dans le sens transversal, le bambou se compose principalement de lignine qui est souple et cassante. Par conséquent, le bambou est un composite renforcé d'un côté avec une capacité tangentielle relativement faible.

2. teneur en humidité du bambou

Le bambou est un matériau hygroscopique, ce qui signifie qu'il absorbera ou expulsera l'humidité de ou vers son environnement jusqu'à ce qu'un équilibre soit atteint. Le taux d'humidité varie donc en fonction des propriétés de l'air ambiant. L'eau est retenue dans le bambou de deux façons : l'eau libre qui est retenue dans les cavités cellulaires et l'eau liée qui est retenue dans les parois cellulaires elles-mêmes.

Pendant le séchage, le bambou perd de l'eau libre jusqu'à ce que son taux d'humidité soit d'environ 15%. Le bambou rétrécira si l'eau restante est expulsée, mais le bambou peut gonfler à nouveau après séchage lorsque l'humidité relative de l'air ambiant est récupérée.

Le bambou va donc rétrécir et gonfler en fonction de l'évolution de l'humidité relative. Des fentes et des fissures peuvent alors se produire en raison du stress causé par le séchage soudain et l'exposition directe

Comment entretenir et prendre soin des tiges de bambou

Avant de protéger les poteaux en bambou contre les intempéries et les fissures, il est important de connaître quelques règles de base lorsque vous travaillez avec des matériaux en bambou :

1. Éviter le contact direct avec le sol.

Éviter le contact direct avec le sol pour empêcher le bambou de pourrir. Lors de l'installation d'une clôture en bambou par exemple, il est recommandé d'installer la clôture à au moins 2 cm du sol. Il n'est pas recommandé d'enfouir les poteaux de bambou dans le sol, à moins qu'ils ne soient recouverts d'une peinture bitumineuse spéciale ou de goudron qui peut offrir une certaine protection.

2. N'utilisez pas de clous pour joindre les poteaux de bambou.

En raison de la structure anatomique des fibres de bambou, qui s'étendent toutes dans la même direction longitudinale, forcer les clous dans le bambou entraînera la fissuration. Des vis peuvent être utilisées si un trou pilote légèrement plus petit est pré-percé dans le poteau en bambou.

3. Manipuler le bambou avec les soins appropriés.

Faire tomber du bambou sur le sol ou le frapper avec un marteau peut causer des fissures et des fissures. Par conséquent, le bambou doit être manipulé et installé avec soin, de préférence par des installateurs expérimentés.